Actualités

La VR rencontre l’impression 3D à l’École française de l’aérospatiale

POLYAERO est l’école de formation technique aéronautique de l’Université d’Aix-Marseille, France. Avec l’aide de tout un tas de partenaires de l’industrie aérospatiale, ils ont récemment commencé à diriger un programme diplômant accrédité, utilisant une approche de réalité mixte (MR).

Grâce à l’impression 3D grand format et à la réalité virtuelle, les étudiants acquièrent une expérience d’apprentissage numérique multi-sensorielle, pour augmenter leurs études en génie aéronautique et en maintenance aéronautique.

L’école avait auparavant expérimenté la MR avec l’aide d’Airbus. Dans la forme précédente du projet, les étudiants et les chercheurs utilisaient la réalité virtuelle pour visualiser les composants de l’avion tout en manipulant des copies physiques en carton de la pièce entre leurs mains. Cependant, ces modèles en carton étaient maladroits et imprécis, et la décision a donc été prise de passer aux pièces imprimées en 3D.

Avec les répliques imprimées en 3D, imprimées sur une imprimante 3D BigRep, les étudiants peuvent s’entraîner avec des pièces dimensionnellement précises, donnant une dimension tactile à leurs procédures de maintenance virtuelles. L’équipe a intégré des poids dans les pièces pour leur donner également un poids plus réaliste.

«Nous avons commencé à travailler avec la réalité virtuelle, mais nous nous sommes rendu compte que ce n’était pas très bon – c’était trop comme un jeu vidéo, pas assez réaliste», explique Xavier Bonnardel, fondateur de POLYAERO et professeur à l’université.

«Mais Airbus voulait développer cette technologie et nous avons travaillé ensemble pour le faire. Nous devions mettre plus de physique dans la réalité virtuelle – la masse d’objets à déplacer, les encombrements géométriques tels que les pare-feu, etc. Et ainsi, transformer la réalité virtuelle en réalité mixte. »

A lire  Sintavia et Siemens collaborent au développement de logiciels de fabrication additive

L’école a une piste d’atterrissage et un hangar, ainsi que quelques avions physiques stockés à des fins de formation. En outre, ils ont accès à une variété d’actifs numériques haute fidélité (assemblages CAO d’autres aéronefs) qui constituent apparemment la base de leur matériel de formation.

La plupart des actifs sont donnés par des partenaires industriels tels qu’Eurocopter, CH7 Helipcopters et Airbus. En plus des actifs numériques donnés, l’équipe utilise la numérisation 3D pour numériser les parties d’intérêt de tout avion en visite, qui peut être prêté.

En plus du travail de MR, l’équipe utilise la machine BigRep pour le prototypage rapide. En particulier, les étudiants utilisent la CAO et la CFD pour créer des sections de voilure qui sont ensuite imprimées pour être testées dans leur soufflerie sur place. Les données de la soufflerie sont prises par les élèves et analysées pour déterminer si leurs voilures se comportent comme prévu et donnent potentiellement un aperçu de la façon dont elles peuvent être améliorées.

L’école s’est également engagée dans la conception d’emballages personnalisés pour le transport de composants aérospatiaux délicats / précieux entre l’université et ses partenaires.

Selon POLYAERO, ces caisses d’expédition peuvent coûter jusqu’à 15 000 USD pour de tels articles. Le BigRep, avec son volume de construction de 1 mètre cube, est capable de produire ces boîtes personnalisées robustes à une fraction du prix.

Pour en savoir plus, téléchargez le livre électronique. Images gracieuseté de BigRep.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer